Nunayak Rafting
Rafting Canyoning Canoraft
Airboat Hydrospeed
Via ferrata en Haute-Savoie
 
Avril à octobre (BASE de DEPART)
Le Bellavista
F-74740 Sixt-Fer-à-Cheval
 
Juillet et Août (BASE d'ARRIVEE)
Boutique Spirale Parapente
28 Place du Gros Tilleul
F-74340 SAMOENS
 
Tél : 04.50.93.86.74
Portable : 06.75.72.84.21
Courriel : contact@nunayak.com
   
 
 
     
 
 
     
  Un petit peu d'histoire pour ceux qui veulent !  
   
 
Venus s'installer pour différentes raisons dans la vallée, les habitants durent âprement lutter pour gagner le droit d'y vivre, face à la nature omniprésente. Pensant échapper aux instabilités de l'agriculture de montagne, la population supposa que le minerai de fer leur apporterait de meilleures conditions de vie.
 
 
 
 
Eleveurs et agriculteurs pendant des siècles, les sizerets se feront tour à tour mineurs, tailleurs de pierre, colporteurs, mais aussi contrebandiers.

Après 1860, ils accueilleront les premiers visiteurs venus contempler les splendeurs que la nature a rassemblé en ces lieux.

Ils les guideront vers les sommets et transformeront peu à peu certaines de leurs maisons pour héberger les touristes, construiront des hôtels, puis des remontées mécaniques.
 
Après l'installation de l'abbaye, la vallée se peuple peu à peu. Génération après génération, les hommes vont défricher et gagner du terrain sur la montagne pour cultiver et vivre de l'élevage.
 
Ils développent la transformation puis l'échange et la vente de produits lactés. Mais le climat ne permet que de médiocres rendements et les catastrophes naturelles (éboulements, incendies, inondations...) se succèdent.
 
 
  Les paysans montagnards vont organiser leur travail en fonction de la nécessaire économie du fourrage destiné à l'alimentation du bétail. Ainsi, ils avaient trois maisons entre lesquelles ils déplacent chaque année familles, troupeaux et matériels, à la recherche de l'herbe précieuse. La première, la ferme principale, est située dans la plaine ou sur les coteaux en basse altitude : l'herbe y est fauchée l'été (les foins) et l'automne (les regains) pour être stockée en vue de l'alimentation hivernale.

Au printemps, les paysans "se remuent" : ils conduisent leurs troupeaux aux "foris", petites habitations entourées de prés "à manger", situées à des altitudes intermédiaires. Ils achèvent leur mouvement cyclique, en s'en montagnant" (montant à l'alpage) au début de l'été, lorsque à cette altitude, l'herbe est suffisamment haute et fournie après la fonte des neiges. Quand celles-ci réapparaîtront, ils quitteront la montagne pour redescendre au village afin d'y passer l'hiver (le démontagnage).
 
     
 
 
 
C'est en 1807 que débute véritablement le "rêve minier" (cuivre, argent, plomb, fer et or). Différents propriétaires se succèdent à la tête des mines où les hommes exploitent maigrement et dangereusement le fer jusqu'en 1853.
Et c'est en cherchant de l'or que Jacques Balmat, premier vainqueur du Mont-Blanc, trouvera la mort à l'âge de 72 ans dans le secteur du Mont-Ruan.
 
A l'égal de nombreuses autres vallées alpines, celle de Sixt-Fer-à-Cheval fût "découverte" sur le plan touristique par les Anglais, charmés des "splendeurs que la nature avait amassées en ces lieux".
 
Une génération de tailleurs de pierre voit le jour tout au long de la vallée du Haut Giffre. Leur réputation franchit les montagnes. L'été, ils quittent la vallée pour travailler sur les chantiers dans toute l'Europe. Cette forme d'émigration estivale est spécifique au Haut-Giffre.
 
 
Puis vint la construction des premiers refuges, du chemin de fer qui reliait Annemasse à Sixt-Fer-à-Cheval, des premières remontées mécaniques. Et l'aventure touristique devint une activité économique.
 
     
 
     
  haut de la page  
     
  © Nunayakrafting canyoning canoraft en Haute Savoie - Réalisation BFI2 - Mentions légales
  Rafting Alpes, Morzine